Entries in évaluation (2)

jeudi
janv.182018

La journée nationale de la Réparation Pénale : une réussite pour tous !

.... La réparation pénale .... une mesure toujours moderne ... "Entre approche éducative, et restaurative" Pas moins de 80 personnes de tous horizons, secteur associatif, secteur public, travailleurs sociaux, directeurs de service, directeurs généraux, magistrats, avocats, institutionnels, étaient présentes le 11 janvier 2018 à Paris, lors de la journée nationale organisée par Citoyens et Justice et l’Association Laïque du Prado sur la Réparation Pénale. Au fil de la journée : des confirmations, des annonces, des débats, des prises de positions, des projets communs autour de cette mesure phare qu’est la réparation pénale, agrémentés de la présentation du résultat de l’enquête nationale adressée à l’ensemble des services habilités en juillet dernier par la fédération. Des confirmations tout d’abord ; oui pour Florence Lianos, Directrice adjointe de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la réparation pénale est bien une mesure restaurative à partir de laquelle sont expérimentés les préceptes de la justice restaurative tels qu’arrêtés par la loi du 15 août 2014 relative à l'individualisation des peines et renforçant l'efficacité des sanctions pénales. Des annonces officielles également ; les services de réparations pénales seront tarifés dès 2019 en dotation globale de financement permettant la sécurisation des trésoreries des associations. Cette réforme selon Ludovic Fourcroy, Adjoint au sous-directeur du pilotage et de l’optimisation des moyens, ne donnera pas lieu à la création d’indicateurs de convergence tarifaire inadéquats au vu des masses financières concernées mais à des indicateurs qualitatifs d’évaluation. Des débats aussi sur la complémentarité entre les secteurs public et associatif. En effet, l’enquête statistique a mis en exergue la diminution de l’implantation des services habilités en France et la réduction de la taille des services, dans un contexte de sous-utilisation de l’activité budgétisée au national alors même que certains services voient leur demande d’augmentation d’activité refusée et ce malgré des besoins locaux repérés. Des débats également autour du besoin de sauvegarder une mesure plastique, flexible, et individualisable à l’extrême. Selon Laurent Gebler, Président de l’Association Française des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille, la mesure peut et doit même être prescrite aussi bien auprès de primo-délinquants que de multirécidivistes. Seules conditions, les jeunes ne doivent pas être en pleine spirale délinquante et la mesure doit être mise en œuvre dans des temporalités et des actions différentes. Des projets communs enfin autour d’une meilleure prise en considération de la victime au sein de la réparation pénale. La plaquette de présentation de la mesure dédiée aux victimes réalisée par les éducateurs du groupe d’échanges de pratiques associatif d’Ile de France a rencontré un vif intérêt auprès des participants désireux de se l’approprier, tandis que l’Association Laïque du Prado annonce pour sa part vouloir se former à la justice restaurative dans le but de favoriser davantage le travail direct et indirect avec les victimes en incluant ces nouveaux outils à sa pratique. La journée s’est achevée sur la présentation par Corinne Martin de la nouvelle démarche de maîtrise des risques initiée par la PJJ et sur l’importance pour le secteur associatif de créer une dizaine d’indicateurs communs d’évaluation spécifiques à la mesure permettant de réaliser des statistiques locales, régionales, nationales. À cet égard, un groupe de travail réunissant des adhérents de la fédération sera lancé dans les prochaines semaines à l'initiative de Citoyens et Justice. Nous tenons enfin à remercier tous les intervenants pour la qualité de leurs prises de paroles mais également tous les participants dont les questions et les témoignages ont contribué à la grande richesse des échanges qui se sont tenus, nous permettant d’avancer ensemble. À cet égard, si vous souhaitez vous investir et participer avec nous au travaux de la Commission Nationale Justice des Enfants et des Adolescents de Citoyens et Justice, présidée par Jeanne Clavel, n’hésitez pas à nous rejoindre en contactant Sophie Diehl, Conseillère technique de Citoyens et Justice. Pour en savoir plus : Vous retrouverez bientôt, un numéro spécial complet relatif à cette journée.

Click to read more ...

vendredi
déc.222017

Retrouvez la note relative à l’évaluation interne publiée par la PJJ le 16 novembre dernier

La Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse a publié une note didactique en date du 16 novembre 2017 relative à l’évaluation interne dans les établissements et services du secteur public. Bien que cette note comme son nom l’indique concerne exclusivement le secteur public, il nous a paru important de communiquer sur cette démarche effectuée en interne de la PJJ. En effet, le secteur associatif peut tout à fait s’inspirer de cette présentation comme support de travail à sa propre démarche d’évaluation interne. En effet, l’évaluation interne est obligatoire pour tous les établissements et services sociaux et médico-sociaux comme le dispose l’article L312-8 du Code l’Action Sociale et des Familles dans les conditions fixées par l’article D312-203 du même code. Aussi tous les services de réparation pénale associatifs doivent chaque année retracer dans leur rapport d’activité annuelle leur démarche continue d’évaluation interne et en transmettre une synthèse tous les 5 ans au Préfet via son service instructeur, la Direction Territoriale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse. La méthodologie participative proposée dans cette note peut donc utilement vous guider dans la mise en œuvre d’une évaluation interne en adéquation avec les attentes du Préfet sans toutefois vous y contraindre. Les services associatifs sont libres de construire leur dispositif d’évaluation interne aux seules conditions de respecter l’annualité des compte-rendu et leur synthèse et analyse quinquennales. Vous trouverez ci-dessous pour vous accompagner au mieux dans la construction de votre démarche d’évaluation interne les liens vers : La note du 16 novembre 2017 relative à l’évaluation interne dans les établissements et services du secteur public de la protection judiciaire de la jeunesse, NOR : JUSF1729004N ; Le Guide ANESM, Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissement et des services sociaux et médico-sociaux ; La Mallette Evaluation Interne de la DPJJ publiée en juin 2017. Sources juridiques : Articles L312-8 du Code l’Action Sociale et des Familles et Décret no 2010-1319 du 3 novembre 2010

Click to read more ...

Haut de page