Entries in PJJ (12)

jeudi
août222019

[Appel à Candidatures] Participez à la création du logiciel d'activités PJJ "Parcours"

La Direction de la Protection Judiciaire de la Jeunesse travaille depuis plus de 6 mois à l’élaboration de son futur logiciel mêlant l’activité des secteurs public et associatif. Cet outil sera renseigné pour partie au sein de vos établissements et services. A ce titre, la PJJ crée d’ores et déjà des clubs utilisateurs ouverts au secteur associatif, leur permettant de prendre en considération nos différentes problématiques. La DPJJ crée 3 clubs, un par échelon d’utilisateurs pour élaborer un outil adapté à nos différents besoins et créer des communications ciblées qui permettront son déploiement effectif et efficient sur les territoires. La Fédération Citoyens et Justice a depuis le début du projet souhaité vous informer et vous impliquer dans cette démarche, consciente, non seulement, des changements concrets qu’apportera ce nouveau logiciel à notre travail au quotidien mais aussi de l’opportunité qui nous est offerte de participer à sa construction en amont.

Click to read more ...

lundi
mai132019

[CP]Loi Bourguignon sur les jeunes majeurs: Il est encore temps de défendre cette «Cause Majeur !» 

Le Collectif Cause Majeur ! dont Citoyens & Justice est un des membres actifs aux côtés de 20 autres organisations nationales et personnalités qualifiées dont notamment SOS villages d’enfants, l’Uniopss et la Fédération des acteurs de la solidarité, alerte sur la version du projet de loi adoptée en première lecture. Dans un communiqué de presse paru vendredi soir, la fédération estime essentiel le retour à l’esprit initial du projet de loi porté par Brigitte Bourguignon sur les jeunes majeurs.

Click to read more ...

mardi
mars052019

Parcours : le futur logiciel commun SP/SAH bientôt dans tous les établissements et services financés par la PJJ. 

La Fédération Citoyens et Justice a été conviée les 12 et 21 février 2019 à participer à un groupe de travail relatif au futur logiciel commun secteur public et secteur associatif de l’activité financée par la PJJ. Ce logiciel sera renseigné pour partie au sein des établissements et services. Il permettra d’avoir un regard exhaustif sur le parcours du jeune au pénal hors rappel à la loi et autres mesures alternatives aux poursuites non financées par la PJJ mais intégrera les mesures judiciaires d’investigation éducatives au civil. Au cours de ces deux journées, le groupe de travail a décortiqué via des brainstormings et différents jeux de rôle, le parcours des jeunes et les interactions des différents éducateurs référents, magistrats, psychologues, chefs de service, secrétaires et partenaires intervenant sur la situation du jeune qu’elle soit judiciaire, éducative, ou administrative.

Click to read more ...

lundi
nov.262018

PJJ : Le Sénat demande des crédits à la hauteur des responsabilités importantes confiées au SAH

Citoyens et Justice et l’Uniopss ont été entendus par le Sénat dans le cadre du projet de loi de finance 2019 le 13 novembre dernier par Madame Maryse CARRÈRE, sénatrice des Hautes Pyrénées. Nous avions alors mis en exergue le danger de la baisse de complémentarité en le secteur public et le secteur associatif depuis plus de 10 ans, chiffres à l’appui. En effet, alors que le secteur public a vu sa dotation augmenter de 45% depuis 2007 le secteur associatif a vu ses crédits fondre de 30% durant la même période. Cette baisse continuelle nuit à l’innovation de notre secteur et ce n’est pas l’augmentation de 4% cette année qui changera la donne puisqu’elle se concentre au pénal exclusivement sur les CEF. Certes il faut noter cette année l’augmentation des financements des Mesures judiciaires d’Investigation du SAH au civil, mais quid de la diversification des réponses pénales pour les mineurs ayant commis un acte de délinquance ? Nous assistons cette année encore à la baisse des mesures de réparation pénale, à la baisse du financement des hébergements diversifiés et à la baisse des mesures d’activité de jour. Comme l’indique l’Avis n° 153 (2018-2019) de Mme Maryse CARRÈRE, fait au nom de la commission des lois, déposé le 22 novembre 2018 « Alors que le secteur associatif dispose d'une capacité reconnue d'innovation et d'expérimentation en matière de prise en charge des mineurs, votre rapporteure souhaite que les crédits qui lui sont alloués soient à la hauteur des responsabilités importantes qui lui sont confiées ». Retrouvez le rapport du Sénat dans son intégralité. & ci-après un extrait du rapport : 2. Une inflexion des crédits alloués au secteur associatif habilité Extrait du rapport Partenaire historique de la PJJ, le secteur associatif habilité (SAH) a connu, à compter de 2008, une diminution importante de sa dotation budgétaire. Celle-ci est passée de 307 millions d'euros en 2008 à 223,9 millions d'euros en 2016. Cette évolution s'explique en partie par le recentrage des activités de la PJJ sur le secteur pénal, les services du SAH assurant auparavant plus de la moitié des mesures civiles confiées à la PJJ. Il convient donc de saluer le redressement, pour la troisième année consécutive, des crédits alloués au SAH. L'enveloppe est ainsi de 239,1 millions d'euros, contre 230,9 millions en 2018, soit une hausse de 3,55 %. Crédits affectés au secteur associatif habilité de 2012 à 2019 (en millions d'euros) CP 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 PLF 2019 LFI 242,0 249,8 234,3 225,4 223,9 229,2 230,9 239,1 Exécution 232,9 234,7 215,6 219,7 217,1 220,8 ND* - * non disponible. Source : réponses au questionnaire budgétaire Les représentants du SAH entendus par votre rapporteure ont convenu que la hausse de crédits prévue en 2019 était significative. Ils ont cependant fait observer que l'enveloppe allouée au SAH retrouve à peine, en euros courants, son niveau de 2011, alors que les salaires et les coûts de fonctionnement des structures ont augmenté depuis cette date, ne serait-ce que sous l'effet de l'inflation. Ils ont également évalué à 1,5 million d'euros la part des crédits absorbés par le lancement des projets de CEF associatifs et souligné que la perspective d'ouvrir à terme une quinzaine de CEF associatifs impliquerait de recruter environ 400 personnes, ces emplois pouvant difficilement être financés sans réaliser des économies sur d'autres dispositifs. Comme la DPJJ l'a expliqué à votre rapporteure, la hausse des crédits doit notamment permettre au SAH de réaliser un plus grand nombre de mesures judiciaires d'investigation éducatives (MJIE)13(*), ce qui devrait permettre au secteur public de dégager des moyens pour se concentrer sur l'investigation « retour de Syrie - prévention de la radicalisation ». Jusqu'à présent, le secteur public détient le monopole des actions conduites sur la thématique de la radicalisation, ce que les associations regrettent car elles estiment avoir développé un savoir-faire sur le terrain qui est insuffisamment reconnu. Alors que le secteur associatif dispose d'une capacité reconnue d'innovation et d'expérimentation en matière de prise en charge des mineurs, votre rapporteure souhaite que les crédits qui lui sont alloués soient à la hauteur des responsabilités importantes qui lui sont confiées.

Click to read more ...

mardi
août212018

Nouvelle note de la PJJ sur la prise en charge des mineurs radicalisés - 1er Août 2018

La Protection Judiciaire de la Jeunesse vient d’actualiser sa note relative à la prise en charge éducative des mineurs radicalisés ou en danger de radicalisation violente. Cette problématique polymorphe, complexe et multifactorielle nécessite une réflexion en continu.

Click to read more ...

mardi
avr.032018

Nouvelle Circulaire 2018 de tarification de la PJJ  

La Nouvelle circulaire de tarification des établissements et des services habilités par la Protection Judiciaire de la Jeunesse a été signé le 7 mars dernier, prenant en considération plusieurs des préconisations de Citoyens et Justice aux côtés de la CNAPE, de la FN3S et de l'UNIOPSS. Vous pouvez dès à présent lire : Circulaire des établissements et services habilités PJJ Les préconisations formulées par le groupe de Fédération

Click to read more ...

vendredi
févr.162018

Rapport d’enquête sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse

Deux sociologues chercheurs de l'Université Paris Ouest Nanterre rendent un rapport sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse Dans le cadre d’un marché public, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse a confié à Laurent Bonelli et Fabien Carrié, sociologues chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre, le soin de mettre en œuvre une recherche sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse. Après 18 mois de recherche à partir d’un travail de terrain particulièrement fourni, ils viennent de rendre leur rapport. Consulter le rapport

Click to read more ...

lundi
févr.052018

La PJJ promeut la santé le 29 et 30 mars

La Protection Judiciaire de la Jeunesse organise les 19 et 30 mars 2018 les "Journées PJJ Promotrice de santé", qui se dérouleront à l'ENPJJ à Roubaix. Ces journées qui seront ouvertes par la directrice de la PJJ , sont l’occasion de valoriser des expériences qui contribuent à la promotion de la santé des jeunes pris en charge. Elles constituent une formidable opportunité de mutualisation, de découvertes et d’innovation. Les 125 éducateurs et les 24 directeurs de service en 1ère année de formation sont invités à participer à l'ensemble de ces journées, y compris les ateliers.

Click to read more ...

vendredi
févr.022018

"Sauvons les archives", la campagne qui avertit les établissements habilités PJJ

La DPJJ lance sa campagne "Sauvons les archives", suite à la destruction illégale d'archives au sein d'établissements habilités PJJ, afin de conserver la mémoire des jeunes et du travail éducatif. La DPJJ a constaté que de nombreux documents d’archives ont été détruits illégalement, dans certains établissements et services sans considération des dispositions de la circulaire du 26 mai 2010 signée conjointement par le Garde des Sceaux et la Ministre de la Culture et de la Communication, précisant la gestion des archives, le cadre normatif et les procédures à suivre par les établissements et services chargés de la prise en charge des mineurs au titre de la Protection Judiciaire de la Jeunesse.

Click to read more ...

jeudi
janv.182018

La journée nationale de la Réparation Pénale : une réussite pour tous !

.... La réparation pénale .... une mesure toujours moderne ... "Entre approche éducative, et restaurative" Pas moins de 80 personnes de tous horizons, secteur associatif, secteur public, travailleurs sociaux, directeurs de service, directeurs généraux, magistrats, avocats, institutionnels, étaient présentes le 11 janvier 2018 à Paris, lors de la journée nationale organisée par Citoyens et Justice et l’Association Laïque du Prado sur la Réparation Pénale. Au fil de la journée : des confirmations, des annonces, des débats, des prises de positions, des projets communs autour de cette mesure phare qu’est la réparation pénale, agrémentés de la présentation du résultat de l’enquête nationale adressée à l’ensemble des services habilités en juillet dernier par la fédération. Des confirmations tout d’abord ; oui pour Florence Lianos, Directrice adjointe de la Protection Judiciaire de la Jeunesse, la réparation pénale est bien une mesure restaurative à partir de laquelle sont expérimentés les préceptes de la justice restaurative tels qu’arrêtés par la loi du 15 août 2014 relative à l'individualisation des peines et renforçant l'efficacité des sanctions pénales. Des annonces officielles également ; les services de réparations pénales seront tarifés dès 2019 en dotation globale de financement permettant la sécurisation des trésoreries des associations. Cette réforme selon Ludovic Fourcroy, Adjoint au sous-directeur du pilotage et de l’optimisation des moyens, ne donnera pas lieu à la création d’indicateurs de convergence tarifaire inadéquats au vu des masses financières concernées mais à des indicateurs qualitatifs d’évaluation. Des débats aussi sur la complémentarité entre les secteurs public et associatif. En effet, l’enquête statistique a mis en exergue la diminution de l’implantation des services habilités en France et la réduction de la taille des services, dans un contexte de sous-utilisation de l’activité budgétisée au national alors même que certains services voient leur demande d’augmentation d’activité refusée et ce malgré des besoins locaux repérés. Des débats également autour du besoin de sauvegarder une mesure plastique, flexible, et individualisable à l’extrême. Selon Laurent Gebler, Président de l’Association Française des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille, la mesure peut et doit même être prescrite aussi bien auprès de primo-délinquants que de multirécidivistes. Seules conditions, les jeunes ne doivent pas être en pleine spirale délinquante et la mesure doit être mise en œuvre dans des temporalités et des actions différentes. Des projets communs enfin autour d’une meilleure prise en considération de la victime au sein de la réparation pénale. La plaquette de présentation de la mesure dédiée aux victimes réalisée par les éducateurs du groupe d’échanges de pratiques associatif d’Ile de France a rencontré un vif intérêt auprès des participants désireux de se l’approprier, tandis que l’Association Laïque du Prado annonce pour sa part vouloir se former à la justice restaurative dans le but de favoriser davantage le travail direct et indirect avec les victimes en incluant ces nouveaux outils à sa pratique. La journée s’est achevée sur la présentation par Corinne Martin de la nouvelle démarche de maîtrise des risques initiée par la PJJ et sur l’importance pour le secteur associatif de créer une dizaine d’indicateurs communs d’évaluation spécifiques à la mesure permettant de réaliser des statistiques locales, régionales, nationales. À cet égard, un groupe de travail réunissant des adhérents de la fédération sera lancé dans les prochaines semaines à l'initiative de Citoyens et Justice. Nous tenons enfin à remercier tous les intervenants pour la qualité de leurs prises de paroles mais également tous les participants dont les questions et les témoignages ont contribué à la grande richesse des échanges qui se sont tenus, nous permettant d’avancer ensemble. À cet égard, si vous souhaitez vous investir et participer avec nous au travaux de la Commission Nationale Justice des Enfants et des Adolescents de Citoyens et Justice, présidée par Jeanne Clavel, n’hésitez pas à nous rejoindre en contactant Sophie Diehl, Conseillère technique de Citoyens et Justice. Pour en savoir plus : Vous retrouverez bientôt, un numéro spécial complet relatif à cette journée.

Click to read more ...

jeudi
sept.282017

« Oh, les filles ! », première édition du festival du film de l’ENPJJ - Du 16 au 19 octobre 2017

Du 16 au 19 octobre 2017, le site central (Roubaix – Nord) de l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) accueille son premier festival de cinéma, « Oh les filles ! », consacrée aux adolescentes. Chaque après-midi, la projection d’un film en relation avec le thème sera suivie d’une table-ronde, en présence de professionnels du cinéma, de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ou d’universitaires. Le programme du festival de cinéma S'inscrire en ligne

Click to read more ...

jeudi
juil.202017

ENPJJ : journées d'étude sur "jeunesse, identités et fait religieux"

L'École Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse organise des journées d’étude les 10 et 11 octobre 2017 sur le thème Jeunesse, identités et fait religieux. Si vous êtes intéressés par ces journées dont les inscriptions sont gratuites, il convient de renvoyer la fiche d’inscription à l’ENPJJ avant le 15 septembre 2017. Vous pouvez consulter le pré-programme des journées contenant le déroulement de l'évènement ainsi que les informations pratiques. Découvrez le pré-programme

Click to read more ...

Haut de page