Entries in radicalisation (10)

mardi
août202019

Bilan 2018 de la Mission Nationale de Veille et d'Information (MNVI)

Bilan 2018 de la Mission Nationale de Veille et d'Information (MNVI : Publié début août, ce bilan fait état des actions de prévention de la radicalisation ainsi que le rôle du réseau des référents laïcité et citoyenneté oeuvrant auprès des jeunes publics...

Click to read more ...

jeudi
mai162019

Colloque International - "Mécaniques de l'extrémisme violent"

La Sauvegarde de la Seine-Saint-Denis organise les 3 et 4 juillet prochain un colloque international intitulé "Mécaniques de l'extrémisme violent".

Click to read more ...

lundi
avr.012019

Colloque AFMJF - Justice des mineurs : Le défi des filles"

"Justice des mineurs : Le défi des filles et Focus sur la réforme de la justice pénale des mineurs" L'association Française des Magistrats de la Jeunesse et de la Famille organise les 24 et 25 mai 2019 un colloque "Justice des mineurs : Le défi des filles" à la Cour d'appel de Paris .... La première journée sera ouvert par Laurent GEBLER, Président de l'AFMJF et se poursuivra avec les interventions notamment de Muriel EGLIN, Magistrate, Sous directrice de la Protection Judiciaire de la Jeunesse - "La prise en compte des mineures dans les orientations éducatives de la PJJ" mais aussi avec une table ronde autour de "La prise en charge des mineures en milieu fermé" qui regroupera différents intervenants tels que Sociologique, directeur, psychologue ... L'après midi de cette 1ère journée aura également une thématique d'actualités : la radicalisation. Léa KALAORA, Psychologue Clinicienne antrhopoloque présentera la question du genre dans les bascules radicales et Laurent BONELLI, Sociologue, Maître de Conférences à l'Université de paris-Nanterre y interviendront. Le colloque devrait se clôturait par l'intervention Nicole BELLOUBET, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux en présentant l'Etat des lieux de la réforme de l'ordonnance du 2 février 1945". Modalités d'inscription : Inscription gratuite mais obligatoire jusqu'au 15 mai 2019. Adresser un mail à [email protected] dans la limite des places disponibles. Merci de vous munir d'une carte professionnelle ou pièce d'identité pour l'accès à la cour d'appel Lire le programme

Click to read more ...

mardi
août212018

Nouvelle note de la PJJ sur la prise en charge des mineurs radicalisés - 1er Août 2018

La Protection Judiciaire de la Jeunesse vient d’actualiser sa note relative à la prise en charge éducative des mineurs radicalisés ou en danger de radicalisation violente. Cette problématique polymorphe, complexe et multifactorielle nécessite une réflexion en continu.

Click to read more ...

mardi
avr.242018

Formation "Prévention de la Radicalisation" à Paris en Mai et Juin

MARS-AVRIL 2018 Nouvelles Ressources Documentaires BICHOT Jacques, Le fardeau des crimes et délits qui provoquent les blessures de l’intimité : Étude réalisée à la demande de l’Institut pour la justice (IPJ) - Paris : Institut pour la Justice, 2016 - 132 p. - (Etudes et analyses ; n°21) Résumé : Il est toujours délicat d’évaluer le coût que peuvent représenter la criminalité et la délinquance, car chacun sent bien que les préjudices subis par les victimes de celles-ci ne peuvent pas être adéquatement représentés par des sommes d’argent. A fortiori pour ce qui relève des blessures de l’intimité, c’est à dire les violences sexuelles et les maltraitances internes à la famille, qui ont une charge émotionnelle si grande. Pourtant, il est nécessaire de comparer les conséquences économiques de ces actes au coût des mesures qui permettent (ou permettraient, si elles étaient prises) d’en limiter le nombre et d’apporter quelque remède aux blessures provoquées. Car les ressources sont toujours limitées et des choix budgétaires s’imposent donc inévitablement aux décideurs publics. Or si une dépense publique s’avère économiquement rentable, c’est-à-dire si elle permet non seulement d’améliorer la situation de certaines personnes, mais si de plus elle a comme conséquence d’augmenter la production, et donc les ressources disponibles, ou de diminuer certains gaspillages, son financement est plus facile, puisqu’elle génère des économies, une augmentation de la production et des rentrées de cotisations sociales et d’impôts. Il est non moins nécessaire d’étudier la pertinence relative des différentes mesures envisageables, car l’efficacité d’une dépense donnée peut varier considérablement selon que cet argent est utilisé d’une façon plus ou moins intelligente. Le « retour sur investissement » est plus ou moins important. L’étude effectuée par le professeur Jacques Bichot pour le compte de l’IPJ démontre ainsi non seulement que les budgets publics consacrés aux blessures de l’intimité ne sont pas quantitativement à la hauteur du problème, car ces blessures représentent un coût économique considérable et que s’y attaquer plus sérieusement pourrait apporter une contribution efficace à la bonne santé économique du pays, mais aussi que l’argent public qui est déjà employé à cette fin pourrait être dépensé de façon plus efficace. COTE Isabelle, Les pratiques en maison d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale : 40 ans d'histoire - Québec : Presses de l'Université du Québec, 2018 - 202 p. Résumé : C'est au milieu des années 197O que des Québécoises, décidées à sortir le phénomène de la sphère privée, ont mis sur pied les premières maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale. Levant le voile sur la violence des hommes à l'endroit des femmes dans les couples, problème longtemps compris comme étant d'ordre familial, elles ont développé des ressources permettant d'accueillir celles qui désiraient se soustraire à l'emprise de leur agresseur. Les maisons d'hébergement se sont ainsi imposées comme l'une des plus importantes réponses du mouvement féministe à cette problématique, au Québec et ailleurs. Le présent ouvrage trace l'évolution, sur une période de 40 ans, des pratiques dans les maisons d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale au Québec. Articulé autour des valeurs qui sont au cour de ces ressources, il comporte à la fois une dimension historique alimentée par des rencontres avec des pionnières et de multiples allers-retours entre la théorie et la pratique. LOMBARDI Edith, Sortir de la maltraitance : Violences conjugales : résister, c'est comprendre, c'est agir - Paris : L'Harmattan, 2016 - 218 p. Résumé : Des femmes témoignent. Celles qui furent des filles de mères maltraitées témoignent également. De même que la septième épouse de Barbe-bleue échappa au malheur grâce à sa lucidité, de même les femmes qui nous parlent ici ont réussi à trouver leur voie de libération. Sortir de la maltraitance, quitter une relation toxique, c'est se raccrocher à la vie. Cela demande de comprendre suffisamment ce qui se passe, car la violence tend à coloniser nos esprits. L'auteure croise ces témoignages avec son expérience professionnelle. Retrouvez l’ensemble de ces informations sur notre portail documentaire : http://viffil.centredoc.fr Consultez notre site Internet : www.viffil.com

Click to read more ...

mardi
févr.272018

Prévention de la radicalisation : le nouveau plan du Gouvernement

"Prévenir pour protéger", le credo du Gouvernement en matière de radicalisation. Le 23 Février dernier, à Lille, le 1er Ministre Édouard Philippe a présenté 60 mesures pour réorienter la politique de prévention de la délinquance et de la radicalisation lors du Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation (CIPDR), accompagné par la Garde des Sceaux et Ministre de la Justice Nicole Belloubet et des autres ministres concernés. Ces 60 mesures sont décomposées en 5 axes : Prémunir les esprits face à la radicalisation Compléter le maillage détection / prévention Comprendre et anticiper l’évolution de la radicalisation Professionnaliser les acteurs locaux et évaluer les pratiques Adapter le désengagement Le Ministère de la Justice est notamment concerné par l'axe 5, "Adapter le désengagement", qui regroupe 9 mesures parmis les 60 formulées :

Click to read more ...

vendredi
févr.162018

Rapport d’enquête sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse

Deux sociologues chercheurs de l'Université Paris Ouest Nanterre rendent un rapport sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la Protection Judiciaire de la Jeunesse Dans le cadre d’un marché public, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse a confié à Laurent Bonelli et Fabien Carrié, sociologues chercheurs de l’Université Paris Ouest Nanterre, le soin de mettre en œuvre une recherche sur le phénomène de radicalisation chez les mineurs suivis par la protection judiciaire de la jeunesse. Après 18 mois de recherche à partir d’un travail de terrain particulièrement fourni, ils viennent de rendre leur rapport. Consulter le rapport

Click to read more ...

vendredi
janv.122018

[IMPORTANT] Report de la journée nationale de C&J sur la lutte contre la radicalisation 

La journée nationale relative à la lutte contre la radicalisation violente prévue le 6 février 2018 est reportée au début d’année 2019, en raison du lancement de la recherche action entre Citoyens & Justice, l’ARCA et le CNLAPS. Début 2019, la fédération Citoyens & Justice, présentera l’expérimentation, l’évaluation et le développement des outils de cette recherche action.

Click to read more ...

mardi
déc.062016

Lutte contre la radicalisation - une nouvelle enveloppe budgétaire

Le gouvernement verse au Fond Interministériel de Prévention de la Délinquance (FIPD) une enveloppe budgétaire de 3 millions d'euros supplémentaires. Cette dernière permettra d'inscrire dans chaque contrat de ville, un plan d'action contre la radicalisation au niveau local.
Tue Dec 06 2016 14:50:24 GMT+0100 (Paris, Madrid)
vendredi
déc.022016

Le CIPDR rend son rapport 2015 sur la prévention de la délinquance et de la radicalisation

 

Chaque année, le Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR) transmet un rapport au parlement retraçant la politique de prévention de la délinquance et de la radicalisation. 

Le rapport 2015 correspond à un bilan à mi-parcours de la stratégie nationale de prévention de la délinquance pour la période 213-2017.

Lire le rapport complet

Haut de page